Qu'est ce que la personnalité?

Dernière mise à jour : 24 juil. 2021

________________________________________________________________________


Le terme de personnalité vient du latin persona. C'est le nom donné au masque porté

par les acteurs du théâtre antique. Elle se construit, se renforce, évolue au fur et à mesure du temps. De quoi sont composés les éléments de personnalité?


Auteur Photo: kellepics (Image libre de droits - Pixabay)



La personnalité désigne l’ensemble des caractéristiques d’un individu qui font de lui une personne fonctionnelle, stable et unique. Les aspects psychologiques, comportementaux et biologiques d'une personne lui permettent d'interagir avec son environnement. Même si la personnalité peut évoluer, elle reste globalement stable et distincte de la personnalité des autres.



Le développement de la personnalité



Il existe deux types de facteurs indissociables l’un de l’autre contribuant au développement de la personnalité: D'une part les facteurs génétiques constituent le tempérament que nous pouvons considérer comme la partie biologique de la personnalité. D'autre part, les facteurs psycho-environnementaux qui en rencontrant les facteurs biologiques, vont construire le caractère d'un individu.


La psychanalyse s'est attachée à développer un modèle explicatif du développement de la personnalité. D’un point de vue descriptif, elle distingue dans l’appareil psychique

trois instances:


Le système du "Ca" correspond au siège des pulsions primaires (innées)

mais aussi des fantasmes inconscients. Ces pulsions et ces désirs cherchent à se réaliser et ne sont soumis qu’au seul principe de plaisir (satisfaction immédiate des besoins).


Le système du "Surmoi" est une instance qui s’oppose au Ca car elle représente l’autorité, la morale , les interdits et correspond aux parents imaginaires que l’enfant a intériorisés. Ce système est inflexible et renvoie à une exigence de perfection irréalisable.


Afin de trouver un compromis entre les pressions du Ca et les exigences du Surmoi,

un troisième système "le Moi" va chercher à limiter les ambivalences entre les deux autres instances en prenant en compte les contraintes de la réalité. Par exemple, une personne nous a énervés et nous avons dans l'instant envie de l'insulter et nous montrer agressifs (le Ca). Notre Surmoi nous impose un interdit (" ce n'est pas bien d'insulter"). Le Moi, s'il est bien construit va chercher à trouver un compromis en s'affirmant de façon juste et suffisante pour ressentir de la satisfaction de s'être affirmé et en même temps avoir été en accord avec nos valeurs. L'ensemble de ces trois instances forme la personnalité d'un individu.


Freud décrit différents stades de façon très précoce pour expliquer le développement de la personnalité. L'enfant se construit d'abord via un stade oral dans lequel il prend conscience que sa mère peut être source de satisfaction et provoquer de bons affects et peut être également une source de frustration qui nourrit des affects négatifs. Ainsi, à ce stade,

il a un accès à l’ambivalence (aimer et détester la même personne).


Au stade anal, l'enfant s'autonomise en ayant une meilleure acquisition du sens de la réalité. Il peut choisir de donner ou de garder, d'obéir ou se rebeller par exemple.


Au stade oedipien, il renforce la représentation sexuée de lui-même et met en place des mécanismes de défenses divers. Le Surmoi se construit à ce stade.


Entre 5-6 ans et la puberté , c'est la période latence pendant laquelle l'enfant se sociabilise et renforce son Moi.


Enfin, à l'adolescence et l'entrée dans la puberté, des conflits et des difficultés à gérer les ambivalences sont réactivés. D'autres compromis doivent être trouvés afin de renforcer en l'entrée dans l'âge adulte le Moi et ainsi se doter d'une personnalité équilibrée et cohérente.


Les théories cognitives et comportementales définissent quant à elles la personnalité comme l’ensemble des comportements observables de l’individu. Le schéma explicatif de type stimulus - réponse (« ce que nous sommes, c’est ce que nous faisons et ce que nous faisons c’est ce que le milieu nous faire faire. ») L’élément essentiel de constitution de la personnalité

est l’habitude. La personnalité serait donc le résultat des habitudes acquises au cours du développement. L’acquisition de ces habitudes suit les principes de l’apprentissage décrits à partir des diverses théories du conditionnement (classique, opérant, imitation).


Pour Piaget, l’étude des aspects intellectuels de la personnalité permet de rendre compte de l’adaptation de l’individu à son milieu. De la naissance à l’adolescence, le développement cognitif s’effectue en suivant un ordre de périodes successives qui soulignent l’accession à une autonomie et à une adaptation de plus en plus grande à l'environnement. D’après les théories cognitives de la personnalité, les conduites des individus sont déterminées par les représentations mentales qu’ils élaborent sur eux-mêmes et sur leur environnement. On peut ainsi décrire des « styles cognitifs » relativement invariants pour une personne donnée, permettant de comprendre que chaque individu traite les informations pertinentes pour lui-même et entre en relation avec son environnement.


Lorsque les éléments constitutifs de la personnalité s'équilibrent bien entre elles, ils permettent aux personnes de pouvoir se reposer sur une certaine stabilité bien qu'elles puissent expérimenter dans leur vie des épisodes de dépression, de stress, d'anxiété... Lorsqu'ils se sont mal équilibrés, des troubles de la personnalité peuvent émerger. Ces troubles ne sont pas caractérisés par l’existence de symptômes mais par un ensemble de comportements que l’on peut considérer comme pathologiques en raison de leur caractère stéréotypé, inflexible et mal adapté. Ces troubles sont à l’origine d' une altération manifeste du fonctionnement sociale ou professionnel et/ou d'une souffrance subjective.


Le caractère pathologique d’une personnalité se manifeste habituellement dès l’adolescence et persiste durant toute la vie de l’individu, bien que les traits de caractère pathologiques soient moins nets dans la seconde moitié de la vie ou chez le sujet âgé.