Lâcher prise face au perfectionnisme

Dernière mise à jour : 24 juil. 2021

________________________________________________________________________


Etre perfectionnisme se confond parfois avec la personnalité obsessionnelle-compulsive dont

le perfectionnisme n'est qu'un de ses composants. Si certaines personnes sont amenées à vouloir donner toujours le meilleur d'eux-mêmes, cette tendance à la perfection peut amener un individu à l'épuisement et à la procrastination. Retour sur un trait de personnalité alliant contrôle et exigences.


Auteur Photo: QuinceCreative (Image libre de droits - Pixabay)



Qu'est ce que le perfectionnisme?



Le perfectionnisme est un trait de personnalité sous tendu par un désir de contrôle? une difficulté à se confronter aux imprévus et aux critiques. L'imperfection n'est pas envisageable.


Même si le perfectionnisme peut être une source de motivation dans son désir de bien faire et de réaliser, il peut également devenir une obsession où les objectifs à atteindre sont tellement hauts qu'ils en deviennent inaccessibles. La personne subit son perfectionnisme et peut se sentir écrasée par les exigences.


Les personnes perfectionnistes peuvent avoir de bonnes relations sociales et être bien adaptées socialement. Ce sont des personnes qui se voient comme sérieuses et hyper responsables notamment dans leur travail. Cependant, elles peuvent avoir des difficultés à déléguer certaines tâches étant convaincues que les collègues feraient moins bien qu'elles.

Emotionnellement, elles tendent à vouloir rationnaliser les émotions par peur d'être débordées par eux. Elles se basent sur des schémas de pensée de logique et de moral

exacerbés.


Le perfectionnisme n'est pas un trouble à part entière mais représente un trait de caractère qui peut rendre un individu vulnérable à certains troubles comme les troubles anxieux ou dépressifs.


Les conséquences du perfectionnisme peuvent être très délétères. Ces personnes vivent dans l'insatisfaction permanente, un état de fatigue chronique souvent nié, des soucis

et peut générer des difficultés relationnelles surtout si le perfectionnisme est aussi projeté sur les autres. La plupart des perfectionnistes finissent par procrastiner


En effet, l'idée d'échouer est tellement insupportable qu'elle génère une véritable détresse psychologique. Si la valeur et l'estime qu'on s'apporte est uniquement lié à nos performances,

le moindre échec nous dévalorisera. Ainsi cette peur d'échouer et les enjeux psychologiques liés à l'échec pousse l'individu perfectionniste à procrastiner s'il ne sent pas à la hauteur afin de ne pas être confronté à l'échec.


La procrastination est un mécanisme de défense censé protéger l'estime de soi. Evidemment sur le long terme, la procrastination va participer au sentiment d'inefficacité et va renforcer la dureté du perfectionnisme et des jugements que ces personnes ont sur elles-mêmes. La procrastination va nourrir l'obsession et les ruminations anxieuses et dépressogènes.



Comment lâcher prise?



"Pour lâcher prise, il faut avant tout lâcher l'idée de vouloir contrôler. Ce contrôle s'exprime sous le vocable "il faut", "je dois" avec une prise de responsabilité excessive et au détriment des besoins biologiques et psychologiques "je veux", "j'ai besoin de". "

Le premier axe pour lâcher prise est de faire la distinction entre les choses que nous pouvons contrôler, celles que nous pouvons influencer et celles sur lesquelles nous n'avons absolument aucun contrôle.


Puis le travail consistera à observer, nommer et accepter les émotions et observer les mécanismes qui font que nous forçons le contrôle sur une situation donnée malgré le fait que nous constations que cela ne fonctionne pas. Il faudra alors accepter d'être épuisé par ce rapport de force et que nous ne sommes pas tout puissant. En effet, arrêter de s'acharner permettra de retrouver un véritable sentiment d'efficacité plus sain.


Cela ne signifie pas que nous ne valons rien et qu'il faut culpabiliser de ne pas pouvoir tout faire. Au contraire, il s'agit d'une vraie force de pouvoir poser quelques sacs pour prioriser ce qui est essentiel pour soi. Cela peut passer par le fait de déléguer certaines tâches par exemple même si l'autre ne fait pas comme nous.


Lâcher prise n'est pas tout abandonner mais se réadapter et trouver d'autres stratégies en s'organisant autrement. Lâcher prise signifie prendre soin de soi. Le perfectionniste oubli ses besoins, ses limites, et nie les conséquences de l'acharnement. Soyons bienveillants avec nous-mêmes comme nous pouvons l'être avec les autres.


En effet, gardons à l'esprit que si nous ne nous mettons pas de limites, le corps le fera comme un signal d'alerte et comme cela est le cas dans l'épuisement professionnel. Nous devons apprendre à identifier nos besoins et nos désirs et prendre des distances face aux conséquences si jamais nous ne faisons aussi bien que l'idéal de nous-mêmes.


Par ailleurs, rééquilibrer son temps est essentielle. Tout ne doit pas passer par le spectre du travail mais prévoyons du temps pour ce qui nous repose, nous fait plaisir en dehors d'une logique de performance.


Surtout, il ne faut pas hésiter à se faire aider si le besoin se fait ressentir car cela aidera à mieux anticiper l'avenir en trouvant le bon compromis entre nos besoins et des attentes plus réalistes.