Améliorer l'estime de soi

Dernière mise à jour : 24 juil. 2021

________________________________________________________________________


L'estime de soi renvoie à la perception qu'une personne a d'elle-même aussi bien sur ses valeurs, ses qualités, ses défauts, ses capacités . Il est important que cet estime de soi soit

auto-évaluée d'une juste manière, ni trop ni pas assez. Comment se construit l'estime de soi? Comment l'améliorer?


Auteur Photo: geralt (Image libre de droits - Pixabay)



L'estime de soi se construit à travers nos expériences passées, nos pensées et nos comportements. Il est évident que si nous avons été confrontés à des critiques, des moqueries dès notre plus jeune âge, nous allons développer une mauvaise image de

nous-mêmes et un sentiment d'infériorité.



La construction de l'estime de soi



L'estime de soi mêle nos sentiments à notre identité et construit ainsi l'image que nous avons de nous-mêmes. En ce sens, l'estime de soi repose sur une croyance et non pas sur une réalité objectif. Chez les personnes souffrant de troubles psychologiques, la plupart

présente une faible estime d'elles-mêmes. En 1892, James a été le premier chercheur à s'intéresser au concept de soi. Il postule que si l'image que nous avons de nous-mêmes et l'image que nous aimerions avoir (l'idéal) sont trop éloignées, nous sommes alors plus susceptibles de développer une mauvaise d'estime de nous-mêmes.


Cooley au début du 20ème siècle a apporté une dimension sociale au concept en parlant de l'effet de miroir social. le regard de l'autre influence la perception que nous avons de nous-mêmes. La construction de l'estime de soi dépendrait aussi bien de l'idéal que nous aimerions être que des opinions de l'entourage.


"On ne nait pas avec une mauvaise estime de soi. Elle se construit. Comme toute construction, elle peut être déconstruite."

L'estime de soi se construit déjà à travers l'image que nos parents vont avoir de nous-mêmes avant même notre naissance. En effet, avant même de naitre, les futurs parents ont des fantasmes sur l'enfant à naitre. Celui ci est imaginé de telle ou telle manière et porte déjà des attentes de l'autre.


Les premières interactions avec l'enfant vont influencer la construction de l'estime de soi.

En effet, à partir de la naissance, les désirs parentaux vont se confronter à l'enfant réel. S'il ne correspond pas aux attentes, il peut décevoir ses parents et cette déception va transparaitre dans les interactions. Selon Harter en 1978, les enfants ont besoin d'encouragement (renforcement positif) pour construire une bonne image d'eux-mêmes mais pour cela ils doivent aussi être considérés comme des êtres à part entière avec un fonctionnement et des affects qui leur appartiennent.


Selon Bowlby en 1982, l'enfant est influencé par la façon dont les parents et autres adultes proches répondent à ses besoins et le sécurisent. Si cette entourage est suffisamment sécurisant, l'enfant pourra se développer en se faisant confiance et pourra construire une image fiable et suffisamment bonne de lui-même. A l'inverse, s'ils sont ambivalents ou absents, cette image sera ternie et affaiblie. Le regard des parents et ensuite des adultes (professeurs..) amenés à côtoyer régulièrement l'enfant va agir comme un miroir dans lequel l'enfant se regarde. Ce reflet sera intériorisé par l'enfant qui constituera un modèle interne sur lequel il va se construire.


Si au départ, l'enfant n'est confronté qu'au regard de sa famille, en grandissant, ce regard devient social avec la scolarisation. C'est le début de la recherche de reconnaissance sociale qui va se rajouter à l'approbation parentale. Vers 8 ans, l'enfant devient capable de réfléchir sur lui-même et les conséquences de ses actions, de déterminer ses réussites et ses échecs. Il commence ainsi à s'évaluer et l’estime de lui sera dorénavant déterminée par la façon dont il perçoit ses réussites, ses échecs, ses qualités, ses défauts via un système de normes et de références.


Il n'existe pas qu'un seule estime de soi mais plusieurs car le jugement que nous portons sur nous-mêmes différent selon les domaines: professionnel, physique, amical etc.



Comment améliorer son estime de soi?



Si on considère une estime de soi global, cela reviendrait à se poser la question de

"qui suis-je?". Répondre à cette question demande que nous arrivions à identifier ce qu'on aime et ce qu'on aime pas, nos échecs et nos réussites, nos défauts et nos qualités, nos projets à courts, moyen et long terme, nos besoins, nos désirs.


Un exercice possible est de déterminer vos qualités via une liste de qualités. Vous pouvez demander à un proche de cocher cette liste en fonction de l'image qu'il a de vous. Vous pourrez ainsi comparer et discuter des différences et des similitudes de perceptions.


"Travailler son estime de soi repose d'abord sur une attitude de bienveillance envers soi-même et une recherche de justesse."

Une des premières étapes est de prendre des distances par rapport aux normes, ce qui est normal ou pas selon le système de références que vous avez construit. Ce système est peut-être trop rigide, trop banalisé, inflexible ce qui laisse peu de place à l'erreur, aux désirs immédiats, à l'apprentissage.


si vous ne faites pas tout ce qui vous aviez prévu de faire dans la journée, ne vous

dites pas que vous ne valez rien. Prenez du recul et tentez de vous dire plutôt que vous avez fait ce que vous avez pu et que le reste attendra demain. Regardez plutôt ce qui est fait plutôt que ce qui reste à faire et récompensez vous d'avoir fait, surtout si cela vous a demandé un effort. Se récompenser peut-être prendre du temps pour soi.


Si vous prenons l'exemple d''un échec que vous avez eu, ne prenez pas cela comme

une incapacité ou un trait de personnalité mais plutôt comme un évènement qui vous

pousse à apprendre. Tout le monde connait des échecs et commet des erreurs et il est

probable que vous en aurez encore pour progresser.


"Avoir une bonne estime de soi ce n'est pas être sans défauts ou ne commettre aucune erreur mais les assumer et faire des efforts pour les changer."

Un autre axe de travail est de se fixer des objectifs à atteindre au quotidien. Des petits défis aux plus grands, ils doivent fonctionner avec vos envies et non pas être des obligations que vous vous fixez. Cela peut être de commencer une activité que n'avez jamais pris le temps de démarrer, se préparer un bon repas etc. Cela vous permettra de vous valoriser et d'avoir un sentiment de satisfaction d'avoir réaliser quelque chose, en dehors de toute idée de performance. Juste commencer est déjà une réussite.


Apprendre à s'affirmer est également un élément important sur le regard que nous nous portons: apprendre à accepter les compliments, les critiques, parler de soi, dire non etc.

Nous avons vu en effet que l'estime de soi n'est pas qu'une construction de soi vers soi mais des autres vers soi. Il est donc important socialement de s'entourer des personnes bienveillantes et empathiques avec lesquelles vous vous sentez bien et de prendre des distances avec celles qui vous tirent vers le bas. Afin de faire face aux obstacles, aux évènements qui nous stressent, le soutien social est un élément important pour affronter et que notre estime de soi ne chute pas.


Enfin, ne vous comparez pas et prenez des risques: celui d 'échouer, de décevoir, de faire des erreurs. Plus nous nous enfermons dans nos zones de confort, moins nous portons attention à notre estime de nous-mêmes. Remettez en question ce dialogue intérieur critique que vous pouvez mettre en place en vous comparant aux autres. Imaginez que vous adressez cette critique au petit enfant à l'intérieur de vous, vous verrez alors la violence de cette critique. Cet enfant qui vit à l'intérieur de vous mérite bien plus et attend que vous, adulte, le rassuriez et agissiez avec bienveillance envers vous et donc envers lui. Vous êtes la personne la mieux placée pour le faire.


Si votre estime de vous est basse et que vous souhaitez travailler cela de façon régulière, n'hésitez pas à vous inscrire à un groupe d'estime de soi ou à commencer un travail individuel afin de commencer à vous voir avec plus de justesse.